EDEA berceau du Catholicisme au Cameroun

La merveilleuse histoire du diocèse d’Edéa commence vers le milieu du 19e siècle. Le 18 mars 1841, en effet, le pape Grégoire XVI décida d’ériger le Cameroun en Préfecture Apostolique, en scindant le Vicariat Apostolique des deux Guinées qui couvrait alors toute la côte ouest africaine, de l’Angola au Sénégal.

A son tour, le Pape Léon XII va créer en 1880 le Vicariat Apostolique du Gabon englobant le Cameroun. Depuis 1843, presqu’en même temps que les premiers missionnaires protestants, les missionnaires catholiques montrent de l’intérêt pour la côte camerounaise. Et comme on le sait, en octobre 1890, cette volonté va se concrétiser par la nomination du Père Henri Vieter comme Préfet Apostolique du Cameroun par Léon XIII, et l’envoi d’une équipe missionnaire pionnière constituée des Pères Vieter, George Walter et six Frères (Robert Ulrich, Franz Hermann, Joseph Hofer, Joseph Klosterknecht, Johann Hierl et Géorge Mohr). Cette équipe partie de Hamburg (Allemagne) le 1er Octobre et débarque à Douala le 25 Octobre 1890 ; les Allemands appelaient alors Douala Kamerunstadt.

Les difficultés de collaboration avec les missionnaires baptistes américains arrivés les premiers dans cette ville, amènent les pionniers catholiques à reprendre la mer dix jours plus tard et à s’orienter vers Edéa dès les premiers jours du mois de Novembre, en remontant le cours inférieur de la Sanaga. Une panne providentielle les retiendra à Tokodorf, le chef Toko d’ELog Ngango ; ils se souviendront plus tard de son hospitalité, mais ils poursuivent leur exode vers Edéa qu’ils avaient d’ailleurs déjà en vue, en partant d’Allemagne. Déçus par l’accueil peu courtois du chef Adiè, Mbomè à Pèp, ils repartent vers le chef Toko qu’ils connaissaient déjà, et négocient avec lui l’achat d’un terrain, l’actuel site de la paroisse de Mariemberg.

Le 08 décembre 1890, fête de l’Immaculée Conception, les Pères Vieter et Walter, Célèbrent L’Eucharistie à Mariemberg ou Montagne de Marie, nom de baptême de ce promontoire fraichement acquis sur la rive droite de la Sanaga, et ils consacrent à Marie, Reine des Apôtres la  ̎ mission ̎ de Mariemberg et le Cameroun tout entier. C’est pratiquement ‘’l’acte de naissance’’ de l’Eglise Catholique du Cameroun.

Pendant toute la période Allemande, et jusqu’à la première guerre mondiale, Mariemberg a joué un rôle de premier plan pour l’évangélisation notamment des régions sud-ouest et ouest du pays. Les missionnaires débarqueront presque systématiquement d’abord à Mariemberg avant d’être affectés par Père Vieter dans les autres  missions ; Edéa, Douala, Kribi, Engelberg, Dschang, etc…

Le 08 décembre 1935, ce sera l’ordination des huit premiers prêtres camerounais ; Mgr Mathurin Le Mailloux ordonna à Edéa même, dans une liesse sans précédent, les quatre ressortissants de son Vicariat : tous étaient originaires d’Edéa. Simon Mpèkè ‘’Baba Simon’’,  Oscar Missoka, Jean Oscar Aouè, Joseph Antoine Mélonè. L’année 1955 fut une année charnière. Le 14 Septembre en effet, le Pape Pie XII Créera la hiérarchie catholique au Cameroun en transformant les Vicariats Apostoliques existants en Diocèses, et les Vicaires Apostoliques devinrent des Evêques résidentiels. Ainsi Mgr Pierre Bonneau devint Evêque du diocèse de Douala.

Ainsi, à la suite des morcellements antérieurs, qui donnèrent naissance aux diocèses de Sangmélima et d’Ebolowa-Kribi, le Pape Jean-Paul II décida donc le 22 mars 1993 de scinder l’Archidiocèse de Douala en trois : l’Archidiocèse de Douala qui comprend, la ville de Douala ; le Diocèse d’Eséka (département du Nyong-et-Kelle) et le diocèse d’Edéa qui couvre le département de la Sanaga Maritime et une partie du département de l’Océan (paroisse d’Elogbatindi). La Sanaga Maritime avait enfin un siège épiscopal après plus de cent ans d’histoire et de maturation, parti de Mariemberg.

Ce n’est pas par un fait du hasard que l’Eglise catholique du Cameroun, le 08 décembre 1990 a célébré son premier Centenaire à Mariemberg (Edéa). Ce n’était que justice. C’est en effet par cette partie du pays – comme on vient de le voir- qu’est entré le Catholicisme dans notre nation en 1890, Mariemberg étant la première paroisse catholique de tout le pays, la Paroisse mère. Raison pour laquelle, quelques mois après la clôture solennelle de la célébration de ce premier Centenaire, la Paroisse Marie Reine des Apôtres de Mariemberg a été érigée en sanctuaire marial national par la conférence des Evêques du Cameroun.

Beaucoup de premiers seront derniers, et de derniers seront premiers (Mt 19,30). Le berceau du catholicisme camerounais aura attendu plus de cent ans pour être érigé en diocèse, lui qui a accueilli les premiers missionnaires catholiques, qui a a servi de tête de pont pour l’évangélisation de la majeure partie du pays et offert à ce même pays la moitié de ses premiers prêtres nationaux.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More